De l’unité

Par Bill Bunting

Tirez une pièce de monnaie de votre proche. Examinez-la. Elle possède deux côtés différents. Il n’y a qu’une seule pièce de monnaie pourtant. La couperait-on en deux qu’il n’y aurait toujours qu’une pièce avec deux côtés. Il est impossible d’isoler les parties du tout. Peu importe la manière dont on s’y prend, la pièce de monnaie demeure toujours la même pièce avec les même faces ; la division de celle-ci ne la détruit pas : elle ne fait que modifier son apparence.

Il en va de même avec les choses en apparence opposées et différentes : la maladie et la santé, la richesse et la pauvreté, l’amour et la haine, la vie et la mort, le yin et le yang. Aucune ne saurait exister seule, tout comme nous n’existons pas seuls. Chacune possède son temps et son espace propres. Chacune fait partie d’un tout nommé Tao.

Nous pouvons tout faire pour tenter de changer son cours, nous pouvons nous évertuer à modifier ce qui est naturel, nous pouvons refuser jusqu'à notre dernier souffle l’unité de l’univers, mais nos efforts et nos mots s’avéreront vains. Tout comme la pièce de monnaie demeure une, le Tao demeure le seul Tao. La vie s’écoule vers la mort, la mort s’écoule de nouveau vers la vie. La santé se glisse vers la maladie éventuellement - même les sages attrapaient un rhume de temps à autres. Richesse et prospérité peuvent être perdues durant un moment, pour être retrouvées plus tard.

En étudiant le symbole du yin et du yang, vous n’y trouverez nulle arête, nulle ligne dure pour le diviser, mais bien un moule où se coule une partie dans l’autre. Voilà la voie du Tao. Le Tao est source de chaque chose. Le Tao est la source même de la vacuité. Grande fontaine de la vie et de l’énergie, chaque chose y retourne. Il est vide en apparence et pourtant c’est l’origine de chaque chose ; en son équilibre et son flux logent la paix, le calme, la puissance.

Vous ne me croyez pas ? Regardez dans l’océan. Il rejette moult éléments sur la plage, des éléments auxquels nous n’avons pas demandé d’exister. Pourtant, bien des individus consomment ses poissons et ses plantes. L’océan ne tente pas de les préserver. Une myriade de créatures y vivent et s’y reproduisent - l’océan ne les juge pas. Voilà un portrait de flux et d’équilibre. Voilà une façon de rechercher la compréhension du Tao.